Isolation thermique des murs par l’intérieur ou par l’extérieur ?

Isolation thermique des murs par l’intérieur ou par l’extérieur ?

20 mai 2022 0 Par David

Dans toutes les habitations, l’isolation par l’intérieur ou par l’extérieur est indispensable. Cela favorise l’amélioration de l’aisance thermique intérieure du logement, mais aussi la réalisation d’économies d’énergie. Que faut-il adopter entre l’isolation thermique des murs par l’intérieur et celle par l’extérieur ? 

Poursuivez la lecture de cet article pour en apprendre davantage sur ce sujet qui mérite assez de réflexion.

Quelle est la différence entre l’isolation thermique par l’intérieur et celle par l’extérieur ?

L’isolation thermique par l’intérieur n’est pas à confondre avec celle de l’extérieur, même si les deux sont presque identiques. Du coup, il est indispensable d’appréhender les dissemblances qui existent entre ces deux procédés. Vous pouvez encore vous rendre sur easytravaux.fr si vous souhaitez en apprendre davantage sur les travaux de claustration de logement.

Isolation intérieure

La claustration thermique par l’intérieur qui est encore connu sous la dénomination d’ITI consiste à ajouter une couche de séparant immédiatement sur la muraille interne. Cela va rétrécir le volume de la pièce. C’est un style classique qui est très adopté en Europe et plus précisément en France aussi bien pour un bâti neuf ou en rénovation. Sa mise en œuvre est très peu complexe. Elle est exécutée à l’écart des intempéries et a rapport avec tous les postes de claustration.

Isolation extérieure

Contrairement à l’ITI, dans une claustration thermique par l’extérieur ou encore ITE, l’isolant s’installe à l’extérieur de l’habitation, ce qui change son aspect. C’est une technique qui est beaucoup moins populaire que la première, mais qui est néanmoins à préconiser dans la mesure du possible.

Quelle est la performance thermique en hiver de l’isolation thermique par l’intérieur et par l’extérieur ?

Une fois que la différence entre la claustration thermique par l’intérieur et par l’extérieur est faite, il est temps de s’attaquer à leurs prouesses thermiques en hiver. Cela pourrait aussi être décisif dans le choix du plus adéquat.

Isolation par l’intérieur

En isolation thermique par l’intérieur, il est bien plus complexe de garantir la continuité de l’isolation, peu importe la circonstance. Il y aura nécessairement un trou qui s’exhibe au niveau d’un parquet intermédiaire ou d’une muraille de refend. C’est ce qui est nommé un pont thermique. Il est possible que ce dernier puisse engendrer un effet de paroi froide et un sentiment d’incommodité pour les personnes qui y vivent.

Toutefois, vous pouvez les pallier par des retours d’isolants.

Isolation par l’extérieur

En ce qui concerne l’isolation thermique par l’extérieur, la prouesse thermique en période hivernale est appréciable, car un parquet intermédiaire ne peut pas briser la continuité de l’isolant. Il y a néanmoins des points délicats qui persistent à l’image des balcons. En outre, il faudra également garantir le prolongement de l’isolant à hauteur du pied de mur en reconduisant la claustration jusqu’en dessous du plancher bas.

Ce sera pareil à tous les autres niveaux.

Quelle est la performance thermique en été de la claustration thermique par l’intérieur et par l’extérieur ?

Outre la prouesse thermique en période hivernale, il est nécessaire de garantir celle en été lorsque vous voulez faire une adoption entre la claustration thermique par l’intérieur ou par l’extérieur.

Claustration par l’intérieur

Pour ce qui est de celui-ci, le poids des murs coursiers est logé à l’extérieur du volume isolé. Par conséquent, l’inertie n’est pas abondante et les murailles sont dans l’incapacité d’abréger les pics de canicule estivaux.

Claustration par l’extérieur

En ce qui concerne l’isolation par l’extérieur, tout le poids des muscles coursiers se loge dans le volume isolé ce qui procure une énorme inertie thermique à l’habitat. Au cours de l’été, les murailles abrègent considérablement les températures externes. Durant la période hivernale, les températures sont également parfaites et les apports en soleil éventuels peuvent être entreposés dans les parois.

Degré de protection des murs

Le degré de soutien des murs est encore un critère déterminant dans le choix de la claustration thermique par l’intérieur ou par l’extérieur. Il s’analyse à trois niveaux. On vous les présente ici.

Protection contre les intempéries

Une pluie soutenue par un vent fort est susceptible d’emporter de l’eau dans la structure d’un mur. Sous l’effet du gel, cela pourrait engendrer des explosions qui abîment tout doucement votre mur. La meilleure alternative est sans doute de disposer d’un soutien externe hermétique à la pluie, mais également de maintenir un potentiel de séchage du mur.

En ce qui concerne ce dernier aspect, l’ITI est désavantagée parce que la muraille est logée sur le côté froid. L’humidité ne peut alors plus s’assécher correctement par la face interne. A contrario, un mur esseulé par l’extérieur conserve sa canicule en raison du simple fait qu’il est installé dans le volume isolé. L’évaporation est de ce fait faisable des deux côtés.

Protection contre les aléas de condensation dans la paroi

Durant la période hivernale, la vapeur d’eau qui se trouve dans le logement part vers l’extérieur. Cependant, vous devez savoir que l’air chaud de l’habitat est en mesure de porter plus de vapeur d’eau que l’air froid. Sachant bien qu’en franchissant la muraille, l’air se refroidira, arrivé à une température donnée, la vapeur d’eau condensera. Il existe donc un risque éventuel d’abîmer l’isolant et le mur.

En ITI, la température entre le séparant et la muraille est moins conséquente qu’en ITE. Par conséquent, le risque de condensation est alors élevé.

Protection contre les aléas de condensation sur la paroi

Comme vous le savez, l’isolation par l’intérieur expose plus de ponts thermiques. Cela se remarque d’ailleurs par des effets de parois froides. Cependant, les lieux froids sont favorables à la condensation, car si l’air se refroidit, il ne sera plus en mesure de porter de la vapeur d’eau. En ITI, il y a alors assez de risques de voir apparaître de la condensation ou des moisissures au niveau de ces repères gelés.

Somme toute, vous remarquerez que l’isolation thermique par l’extérieur offre plus d’avantages que son homologue. Toutefois, la claustration thermique par l’intérieur dispose de son lot d’avantages. Il est donc important que vous teniez compte de tous les aspects avant d’effectuer votre choix.